Accueil Pages

Fédération des Prestataires de Santé à Domicile ou FEDEPSAD

 

 

 

En tant qu’adhérent du SYNALAM et de la Fédération des Prestataires de Santé à Domicile, nous souhaitions au travers de l’article qui suit, vous éclairer sur l’intérêt d’adhérer à un syndicat ainsi que sur les engagements que nous avons pris auprès de nos patients et de nos prescripteurs au travers de cette adhésion.

DiaDom a été créée fin 2000 dans l’objectif de répondre aux besoins croissants des patients de retour à domicile.

Construite sur des valeurs humaines, DiaDom place le patient au cœur de ses préoccupations.

A ce titre, nous nous inscrivons dans une véritable démarche de qualité vis à vis de nos clients mais également vis à vis des professionnels de santé avec qui nous collaborons. C’est dans cet esprit que nous adhérons depuis plusieurs années au SYNALAM (Syndicat National des Prestataires de Santé à Domicile) et qu’en tant que membre, nous nous conformons au Code de bonnes pratiques de la profession.

Depuis le 2 octobre 2013, les adhérents du Synalam (115 sociétés)  et du Synapsad (12 prestataires d’origine associative- Insuffisants Respiratoires) se sont regroupés pour créer la FEDEPSAD (Fédération des Prestataires de Santé à Domicile). Forte de ses 130 adhérents de toute taille, qu'ils soient d'origine associative ou privée, la Fédération se positionne comme représentant des PSAD auprès des instances concernées et réaffirme son engagement pour la qualité et les bonnes pratiques en publiant un Code de Bonnes Pratiques des PSAD et participe à l'animation de la charte de la personne prise en charge par un PSAD .

 

Vieillissement de la population et augmentation du besoin 

Ces dernières années ont été marquées par l’émergence d’une demande croissante en matière de soins à domicile, principalement sous l’influence du vieillissement de la population.

En 2009, les personnes de plus de 60 ans représentaient 22,4%de la population totale et cette proportion devrait atteindre 32% d’ici 2050.

 

Le vieillissement s’accompagne d’une hausse de la prévalence des maladies chroniques et invalidantes, souvent prises en charge au titre des affections de longue durée (cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires, insuffisance respiratoire chronique, maladies neurodégénératives, etc.).

Il implique également un accroissement du nombre de personnes en situation de perte d’autonomie ayant besoin d’assistance pour l’accomplissement des gestes essentiels de la vie quotidienne.

 

Au-delà, le raccourcissement des durées de séjours en soins aigus ou en soins de suite et de réadaptation, la saturation des Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), des centres de long séjour ou encore des structures de prise en charge des personnes handicapées sont autant de facteurs liés à l’évolution structurelle de notre système de santé qui font apparaître de nouveaux besoins en matière de prise en charge à domicile des patients.

 

Un maillon essentiel de la prise en charge à domicile

Les prestataires de santé à domicile (PSAD) assurent la fourniture aux patients en situation de dépendance, de handicap ou de maladie, des services nécessaires à leur prise en charge médicale ou paramédicale à domicile. Ces services ou prestations accompagnent la mise à disposition de technologies qui facilitent la mise en œuvre de traitements ambulatoires (systèmes de perfusion, matériels d’assistance respiratoire, systèmes d’insulinothérapie par pompe externe, etc.) et des équipements destinés au maintien à domicile des patients. Ces technologies et prestations associées sont dans la quasi-totalité des cas délivrés au patient sur prescription médicale et font l’objet d’une prise en charge par l’Assurance maladie sur la base des tarifs de responsabilité définis par la Liste des produits et prestations remboursables (LPPR).

Chaque année, ce sont ainsi plus de 1, 2 millions de personnes qui recourent aux services des PSAD pour bénéficier de l’accompagnement sans lequel un traitement ou un maintien à domicile seraient impossibles. Parmi ceux-ci, on compte environ 250 000 personnes âgées et dépendantes et 100 000 personnes handicapées.

C'est ce que le Synalam et le SNADOM ont montré dans le livre blanc de la profession, encore largement d'actualité.

 

Les PSAD : véritables acteurs du parcours de soin du patient et du relais hôpital/ville

La prise en charge à domicile, qui dans de nombreux cas serait impossible sans l’appui des PSAD, permet une optimisation de l’offre de soins et est un facteur d’efficience, en permettant d’éviter ou de limiter les recours injustifiés aux prises en charge institutionnelles (en hospitalisation ou en EHPAD) plus coûteuses. Elle est en même temps source d’une meilleure qualité de vie pour le patient, pris en charge dans son lieu de vie habituel, accompagné de ses proches. Enfin, via un accompagnement rapproché du patient et en particulier d’un suivi régulier de l’observance, la prise en charge par les PSAD contribue à l’objectif global d’amélioration de la qualité des soins.

 

Nécessité de s’engager dans une démarche de qualité

PSAD : un métier centré sur les besoins du patient.

 

La prestation de santé à domicile ne se limite pas à la seule mise à disposition de technologies de santé mais constitue une véritable prestation globale, qui intègre tout au long de la prise en charge un ensemble de services à destination du patient et des autres acteurs de santé, médicaux ou paramédicaux. L’intervention du prestataire démarre en amont de la mise à disposition du matériel médical, au travers d’un ensemble d’actions destinées à permettre l’initiation du traitement dans les meilleures conditions possibles (coordination avec le prescripteur, conseil et information du patient, prise en charge du dossier administratif, éducation technique du patient à l’utilisation du matériel, etc.). Elle se poursuit ensuite pendant toute la durée d’utilisation du dispositif médical afin de garantir le bon déroulement du traitement, recouvrant à la fois la maintenance du matériel, le contrôle régulier de l’observance, le retour d’informations vers le prescripteur.

 

La délivrance de cette offre de prise en charge globale suppose la mobilisation par les PSAD, en interne, de compétences multiples et complémentaires, adaptées à la nature des technologies et des prestations fournies. Les PSAD emploient de nombreux professionnels de santé, essentiellement paramédicaux: infirmiers, mais aussi kinésithérapeutes, diététiciens (dans le cadre de l’accompagnement des patients diabétiques ou bénéficiant de traitements de nutrition entérale) ou encore pharmaciens (notamment en vue de garantir la dispensation de l’oxygène à domicile).

 

Quel que soit leur mode d’intervention, les PSAD s’attachent à proposer des services répondant à des standards de qualité élevés. Des formations spécifiques, organisées soit dans le cadre des entreprises ou associations, soit dans le cadre universitaire, ont été mises en place en complément des obligations réglementaires qui s'appliquent depuis 2012. Il s’agit de tendre vers une plus grande homogénéité des prestations fournies aux patients et de professionnaliser le métier encore davantage. Enfin, un effort particulier est mené en collaboration avec les représentants des patients, pour assurer la qualité des relations avec le malade, dans le respect de celui-ci. Dans ce but, nombreux prestataires ont à ce jour adhérés à la « charte de la personne prise en charge par un prestataire de santé à domicile » développée à l’initiative de la Fédération française des associations et amicales des malades insuffisants ou handicapés respiratoires (FFAAIR) et des cinq syndicats professionnels de prestataires (Synalam, Synapsad, SNADOM, UNPDM et UPSADI),avec le soutien du Collectif inter-associatif sur la santé (CISS), de la Fédération française de pneumologie, ainsi que du ministère de la Santé (DHOS/DGS).

 

En conclusion

Les prestataires de santé à domicile que nous sommes, sont aujourd’hui  un maillon indispensable dans la chaine de soins.  
DiaDom, s’est donc engagé en tant qu’adhérent au Synalam sur des obligations fermes, auprès des patients en premier lieu, et des professionnels de santé ensuite, dans les directions suivantes:

  • Professionnalisation des équipes
  •  Respect constant de l’éthique professionnelle
  • Accentuation des actions de recherche et développement
  • Engagement, aux côtés de l’Assurance maladie et des autres acteurs de santé

 

Nous avons à cœur depuis toujours de respecter les valeurs fondamentales d’éthique et de respect du patient promues par la FEDEPSAD afin de vous garantir des prestations de qualité. Notre souhait aujourd’hui est d’aller encore plus loin dans notre démarche de qualité, en nous inscrivant de manière proactive dans la mise en œuvre des ambitions pour notre système de santé poursuivies notamment par la loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires (HPST) et portées par les progrès médicaux et technologiques.